• laurence villeneuve

La Responsabilité - Partie 4 - Les doubles désirs

Dernière mise à jour : 6 nov. 2021



Nous avons évoqué dans les précédents articles la peur de se responsabiliser car nous avons peur de nous retrouver dans le camp des « méchants » ou coupables. Coupable d’avoir généré quelque chose perçu comme négatif chez l’autre ou bien coupable de nous percevoir nous-même comme étant dans le camp des « méchants » pour soi-même, coupable de se faire vivre quelque chose perçu comme désagréable.


Il peut être difficile de se rendre compte que nous sommes des êtres multiples et complexes et que, finalement, nous pouvons être comme tout le monde alors que nous avons envie d’être unique. Cela nous demande d’accepter notre banalité et que nous pouvons être à la fois le bien et le mal. Nous pouvons y arriver grâce à notre intelligence, clairvoyance, humilité et aussi beaucoup d’humour envers soi-même.



Le poids sociétal judéo chrétien en France nous relie à la culpabilité qui à sa bonne place. Cela nous ramène au fait de se sentir humble, que nous sommes des pêcheurs avec quelque part, le fait de se mettre en tant que pénitent ce qui est bien vu puisque nous nous mettons du côté de Dieu. Que nous soyons croyant ou pas, c’est un poids inconscient sociétal et de notre lignée.


Par exemple j’ai connu adolescente le rejet d’un groupe sans jamais avoir su pourquoi. Je me suis mise dans une posture de coupable pénitente de quelque chose dont je n’avais aucune idée alors que je n’ai jamais été élevé dans ce système de croyance.


Les doubles désirs sont des injonctions internes qui s’opposent et sont souvent inconscientes. Pour expliquer cela de manière plus parlante, voici quelques exemples :


· Je veux vivre une histoire d’amour mais je veux aussi par ailleurs être libre et dans notre façon de penser nous avons opposé le couple à la liberté. J’ai donc alors le champ libre pour tomber amoureuse d’hommes ou de femmes non disponibles (déjà en couple).



· Je veux de l’argent mais je perçois l’argent comme sale et que si j’en ai trop je vais devenir une mauvaise personne (l’argent pourri tout, ou bien les personnes qui ont de l’argent ne le méritent pas, etc.). Je vais donc gagner ce dont j’ai besoin mais jamais plus.


Demandez-vous ce que vous voulez dans la vie et que vous n’avez pas. C’est déjà le premier pas pour mettre à jour les doubles désirs puisque vous aller trouver le premier.


Pour nous aider à identifier les doubles désirs, demandez-vous pourquoi vous ne désirez pas ce que vous voulez.


Par exemple, si un de vos premiers désirs est d’être en couple, demandez-vous pourquoi vous ne désirez par être en couple. Voici quelques pistes possibles mais non exhaustives :

· Parce que vous ne voulez pas ressembler à vos parents ?

· Vous avez envie d’être libre ?

· Quand vous êtes en couple vous avez l’impression que vous vous forcez à être quelqu’un d’autre ?

· Vous pensez qu’être en couple c’est de la colocation et vous ne voulez pas vivre cela ?

· Vous détestez


vous sentir redevable ?

· Vous ne voulez pas « servir » l’autre dans les tâches ménagères ?

· Vous avez peur qu’on profite de vous ?

· Vous ne voulez pas vivre dans l’ombre de l’autre ?

· Vous croyez que vous voulez un couple mais en fait vous désirez un enfant ?

· Vous ne voulez pas renoncer au plaisir d’avoir d’autres aventures ?

· Vous croyez que vous allez être trahi(e) ? etc


Dans le prochain article nous verrons comment lâcher un des deux doubles désirs.


Le plus important n’est pas forcément de connaître l’exact double désir qui s’oppose au premier, mais bien de reconnaître que plusieurs possibilités s’offrent à nous pour voir que, finalement, nous avons eu exactement ce que nous désirons. C’est un premier pas de conscience très important car cela nous permet de voir que la vie n’est pas contre nous.


Je vous coeurise.


Inspiré de Franck Lopvet Philosophe et clairvoyant


26 vues1 commentaire